masque en tissu grand public ou masque jetable

Le port du masque dans l'espace public est un geste barrière fort

Il va falloir faire face aux conséquences de la pandémie Covid 19 (il semble qu'on ne dit plus "le" mais "la" Covid 19) suite au déconfinement progressif orchestré depuis le 11 mai 2020 par le Gouvernement français. Le port du masque dans les lieux publics est un geste barrière fortement recommandé par les médecins et virologues.

D'après l’Académie Nationale de médecine « Le port d'un masque anti-projection par la population est à la fois une mesure de prévention et un acte de civisme en situation d'épidémie de virus à tropisme respiratoire »

Il est même obligatoire dans certains cas précis (les transports en commun : trains, métros, RER, bus ; les collèges si la distanciation sociale n'est pas permise ; certains magasins et plus généralement tous les lieux de rencontre du public en des espaces confinés).

Il va falloir vivre plus ou moins longtemps avec ces protections individuelles du visage (comme en Asie du sud-est) mais une question se pose : Comment bien choisir son masque face à des offres aussi diverses et variées ? Il faut avant tout bien différencier les masques destinés au grand public et les masques "médicaux" ou "chirurgicaux", destinés au seuls personnels soignants (au sens large : médecins, infirmières, aide-soignantes, pompiers, ambulanciers, etc ...).

port du masque obligatoire dansles transports en commun

Il y a d'abord la catégorie des masques jetables, conçus exclusivement pour une utilisation unique :

Les masques de protection respiratoire

On trouve en premier lieu les fameux masques "FFP" (pour Filtering Facepiece Particles ou Pièce Faciale Filtrante en français). Ils répondent à des normes précises en terme d'efficacité, basées sur l'efficacité de leur filtre et de l'indice de fuite au visage. Ces masques de protection respiratoire doivent filtrer au moins 94 % des aérosols de taille moyenne de 0,6 micron.

Le pourcentage admis de fuite totale vers l’intérieur ne doit pas excéder 8 % pour les masques FFP2 par exemple. Leur finalité est de protéger ceux qui les portent contre l'inhalation de gouttelettes et contre les particules en suspension dans l'air.

Les masques chirurgicaux (type I, II ou IIR) sont d'un usage répandus

Leur durée d'utilisation est estimée à 8 heures d'affilée. D'un point de vue thermique et niveau de la contrainte respiratoire, ces masques FFP sont plus inconfortables que les autres. Ces masques jetables FFP sont utilisés en milieu hospitalier et sont d'un coût assez élevé. Ils ne sont pas recommandés pour le grand public.

Les masques anti-projections

Les masques chirurgicaux (type I, II ou II R) sont d'un usage plus répandus et moins onéreux. Il s'agit avant tout d'un moyen de protection pour l'entourage de la personne qui le porte : il évite la projection de gouttelettes émises par le porteur du masque lorsqu'il respire ou parle. Il est également un frein aux contacts mains-bouche inconscients.

Il ne protège cependant pas le porteur de l'inhalation de micro particules en suspension dans l'air. Les masques chirurgicaux II R bénéficient d'une efficacité de filtration bactérienne égale à 98 % d’un aérosol de taille moyenne de 3 microns et résistent aux éclaboussures.

Ils sont réservés à l'usage des personnels soignants en milieu hospitalier.

Les masques chirurgicaux Type II assurent une efficacité de filtration bactérienne égale à 98 % d’un aérosol de taille moyenne de 3 microns. Ils ne sont pas utilisés dans le milieu hospitalier et sont plutôt réservés au personnels médicaux hors hôpital (Maisons de retraite EPHAD ou ambulances par exemple).

Les masques anti-projections à usage unique

Les masques médicaux de types I garantissent une efficacité de filtration bactérienne égale à 95 % d’un aérosol de taille moyenne de 3 microns.). Ils sont destinés à un plus large public que les type II et II R. C'est à dire à toute personne ayant des interactions régulières avec d'autres personnes : le grand public lors de ses déplacements, le personnel des commerces et magasins, des écoles, dans les transports en communs, etc ...).

Les masques anti-projection jetables sont composés de 2 couches de papiers non tissés enserrant une couche filtrante, d'une barrette nasale pour un meilleur ajustement au visage. Ce qui permet de limiter la formation de buée en cas de port de lunettes ainsi que d'élastiques à passer derrière les oreilles ou de lanières à attacher (c'est nettement moins pratique).

Quand vous retirez votre masque jetable, soit parce que vous le portez depuis + de 4 heures, soit parce qu'il est devenu humide ou pour toute autre raison, il est à mettre dans une pochette plastique en vue de le jeter dans les 24 heures qui suivent. Vous devez le remplacer par un masque neuf.

les masques jetables usagés ne sont pas recyclables : ils doivent être incinérés

Il est important de préciser au public que les masques jetables usagés ne sont PAS recyclables : ils doivent impérativement être jetés avec les ordures ménagères pour être incinérés ensuite.

Les masques alternatifs en tissus (dits grand public)

Le port d'un masque anti-projection est une mesure de prévention et un acte de civisme

Ces masques en tissu pour le grand public potentiellement victime de cette crise sanitaire, donc à usage non hospitalier, comme les masque jetables anti-projections, ont pour vocation essentielle de protéger les gens qui vous entourent en limitant les postillons qui sortent de votre bouche en parlant, en soufflant ou en éternuant.

Porter un masque c'est une bonne chose, nous en convenons tous désormais !

Mais cela doit impérativement s'accompagner des gestes barrière que tout le monde connait maintenant : la distanciation physique, éternuer dans son coude ainsi que la désinfection/lavage régulier des mains (gestes barrières auxquels on peut ajouter le port d'une visière de protection au travail quand c'est possible).

Pour travailler en toute sécurité, utilisez un masque et une visière

Ces masques grand public sont composés de plusieurs couches de tissus et sont munis (ou non) d'une barrette nasale et d'élastiques à passer derrière l'oreille. Certains modèles offrent une option : un espace dans le masque pour y glisser une couche filtrante supplémentaire. Ce filtre supplémentaire peut être un masque jetable de type I ou un filtre non tissé tel que de la soie, du coton, du lin, du nylon ou du polyester).

Cette possibilité d'ajout de filtre renforce la capacité de filtration des masques barrières grand public (et ce qui est le cas de nos masques en tissu).

Le masque en tissu est à utiliser 4 heures d'affilée au maximum puis à laver !

Ces masques en tissus doivent être utilisés au maximum 4 heures d'affilée (et non 4 heures réparties sur la journée en l'ôtant et le remettant en fonction de ses activités). Dés que vous retirez votre masque (pour manger, boire ou parce que vous n'êtes plus dans un lieu public), vous devez le glisser dans un sachet en plastique et ne plus le porter tant que vous ne l'aurez pas lavé, même si vous ne l'aviez porté qu'un laps de temps très court avant de l'ôter.

Coronavirus : se laver les mains est un geste barrière fiable

Pour cette raison, il est préférable de toujours avoir sur vous plusieurs masques en tissu propres et prêts à remplacer celui que vous venez de mettre de côté. Il faut donc  vous organiser pour avoir des masques propres de rechange (dans des pochettes à masques ou des sachets) que vous ne sortirez qu'après vous être lavé les mains. Les masques utilisés sont à stocker dans un sachet à part qui, bien entendu, ne doit en aucun cas entrer en contact avec vos masques propres.

Comment bien laver vos masques en tissu ?

Il est recommandé de les laver en machine à 60°C pendant au moins 30 minutes. Ensuite il faudra les sécher, soit avec un sèche-linge, soit à l'aide d'un sèche-cheveux, de manière à ce qu'ils ne soient plus du tout humides. Ils peuvent être lavés en même temps que le reste de votre linge, cela ne présente aucun risque de contamination au Coronavirus.

Pensez bien à systématiquement vérifier l'état général de vos masques.

S'ils présentent la moindre trace d'usure, de déchirure ou de déformation, il y a de fortes chances qu'ils ne soient plus utilisables et vous devrez alors les jeter dans les ordures ménagères pour incinération.

Il n'est pas conseillé de faire bouillir vos masques pour les désinfecter : 60°c est une température suffisante et recommandée par L'AFNOR. Faire bouillir vos masque contribuerait certainement à endommager les tissus qui le composent.

Luttons contre la covid 19 avec des masques, des visières et des écrans de protection



Luttons contre la covid 19 avec des masques, des visières et des écrans de protection


Rassurance banque et mandat administratifRassurance livraison et retour gratuitsRassurance paiement sécurisé et en 3x sans fraisRassurance téléphone numéro vert et slogan